1 – La relation sexuelle pendant les menstrues.
2 – La pénétration anale.
3 – Les pratiques qui pourraient nuire à l’un des époux, selon l’avis des spécialistes, en l’occurrence ici les médecins.

Hormis ces trois interdits, toutes les pratiques sont originellement permises par la sharî`ah. Par ailleurs, toutes les formes de jouissance auxquelles on aspire de manière naturelle, comme les rapport intimes et ses préliminaires, font partie des droits de chacun des époux sur son conjoint, et il n’est pas permis à l’un des deux époux de refuser à son conjoint ces formes de jouissance sauf pour un empêchement valable. Les autres types de jouissance dont l’appréciation varie selon les individus – hommes et femmes – entre dégoût et plaisir doivent faire l’objet d’un consentement mutuel ; aucun des deux époux ne peut imposer à son conjoint une pratique qui le répugne.

Enfin, le sperme est pur selon la majorité des juristes, sauf chez les Hanafites. La prudence exige donc de laver le vêtement ou l’emplacement touché par le sperme, si ce n’est à cause de la pureté controversée, du moins par souci de propreté.

Yabiladi

Leave a Reply

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des